Les pratiques de jeux d’argent sur Internet en France en 2017

Logo odj L’observatoire des jeux (ODJ) vient de publier les résultats d’une enquête sur les joueurs en ligne, huit ans  après l’ouverture d’une offre légale de paris sportifs, paris hippiques et poker sur  Internet. Voici quelques résultats de cette enquête « e-Games France 2017» publiés dans la note n° 9 de l’Observatoire des jeux en ligne.

 

» Télécharger l'enquête

» Télécharger le communiqué de presse

 

Portrait du joueur

 

Ce sont 22 750 internautes qui ont accepter de participer à l’enquête « e-Games France 2017» menée par Médiamétrie. On peut dresser un portrait du joueur en ligne : c’est un homme diplômé appartenant à une catégorie sociale légèrement supérieure. La moyenne d’âge est de 38 ans.
Les pratiquants de jeux de loterie, de paris hippiques, de machines à sous et de jeux de casino appartiennent à des milieux sociaux ou culturels plus modestes que les pratiquants des autres jeux. 63 % des joueurs en ligne ne pratiquent qu’un type de jeu, 41 % ne pratiquent que des jeux de loterie.

 

Dépense moyenne

 

La dépense moyenne est de 1 500 euros (1 200 euros en 2012). Toutefois, une minorité de joueurs (1 sur 10) dépense plus de 3 100 euros par an.

 

Temps passé à jouer

 

Les joueurs passent près d’une heure par jour, sur une année, pour le poker et 2 heures pour les machines à sous et les jeuxde casino.

 

Pourcentage de joueurs sur Internet

 

En 2012, 27,9 % des joueurs en ligne pratiquaient exclusivement ces jeux sur Internet. Ils sont 41,9 % à le faire en 2017.

 

Les jeux « PayToWin »

 

Ils sont très pratiqués par les Français ( 59,2 % de l’échantillon ont pratiqués au cours des douze derniers mois) . 15,4 % des enquêtés déclarent avoir dépensé de l’argent pour ces jeux annoncés comme gratuits. Des joueurs (9,1 % ) dépensent plus de 500 euros par an.

 

Joueur excessif

 

Les pratiques sur Internet sont globalement plus intensives (en termes de fréquence) et plus problématiques que celles sur les supports traditionnels .
2 joueurs sur 10 (19,1 %) présentent un risque faible de développer des problèmes, 2 sur 10 rencontrent des problèmes plus ou moins graves (9,4 % joueurs à risque modéré et 13,0 % joueurs
excessifs, en grande difficulté). Ce pourcentage de joueurs excessifs a significativement progressé depuis 2012 (+ 6,6 %).

 

Joueur problématique

 

La part de jeu problématique varie très fortement selon la nature des jeux pratiqués ; elle est bien plus élevée en ce qui concerne les activités non régulées.

 

Types de jeux

 

Ce sont les jeux de  loterie où l'on trouve le plus grand nombre de joueurs excessifs (32 %). Viennent ensuite : les machines à sous et jeux de casino (17 %), la multiactivité (16 %), les paris sportifs (12 %). Les joueurs à risque modéré sont 33 % à jouer principalement à des jeux de loterie, 24 % à des paris sportifs, 13 % au poker et 9 % aux paris hippiques. 

 

Espace documentaire

Recherchez et consultez les ressources documentaires.

En savoir plus »

 

Création site internet : Agence web Images Créations